La structure de la Terre Une perpétuelle évolution : la tectonique des plaques

Séismes, éruptions volcaniques, naissance des chaînes de montagnes… À l’échelle des temps géologiques comme à l’échelle humaine, les mouvements internes qui agitent continuellement la Terre ont des répercussions visibles à la surface. Élaborée dans les années 1960, la théorie de la tectonique des plaques décode l’ensemble de ces phénomènes.

Agitation et mobilité à la surface de la Terre : les plaques tectoniques en action

La couche superficielle de la Terre, ou lithosphère, est fragmentée en grandes plaques rigides qui recouvrent toute la surface de notre planète : les plaques tectoniques. Il existe une douzaine de plaques tectoniques, sept grandes et cinq plus petites. Une plaque tectonique peut être océanique ou continentale, ou encore les deux à la fois ; on dit alors qu’elle est mixte.

Sous l’écorce terrestre, l’asthénosphère est agitée de mouvements de convection. Soumises à cette activité, les plaques tectoniques se déplacent de quelques centimètres par an. Ainsi, elles se rapprochent ou s’écartent les unes des autres, entrent en collision ou en friction.

 

Visuel associé à l'article

Les principales plaques tectoniques.

 

Quand deux plaques s’éloignent l’une de l’autre : la divergence

La divergence de deux plaques tectoniques peut provoquer deux phénomènes, selon la nature des plaques concernées :

  • Lorsque deux plaques continentales s’écartent, on assiste à l’apparition d’un rift. La croûte continentale est étirée de part et d’autre d’une gigantesque faille encadrée de fossés d’effondrement. Ce phénomène s’accompagne parfois de volcanisme dû à des remontées de magma,
  • Lorsque deux plaques océaniques s’écartent, on assiste à la naissance d’une dorsale océanique. Très active, cette zone volcanique sous-marine est le siège d’importantes remontées de magma. En s’accumulant, ce magma durcit et forme la croûte océanique par accrétion, ce qui engendre l’expansion des fonds océaniques.

Quand deux plaques se rapprochent l’une de l’autre : la convergence

La convergence des plaques tectoniques engendre séismes, volcanisme et formation de chaînes montagneuses, en fonction de la nature et de la taille des plaques qui entrent en contact :

  • Lorsque deux plaques océaniques convergent, la plus dense des deux s’enfonce sous la seconde : c’est la subduction. Il se crée alors un arc insulaire volcanique comme l’archipel du Japon, régulièrement touché par des séismes.
  • Lorsqu’une plaque océanique et une plaque continentale convergent, il y a également subduction : la plaque océanique plonge sous la plaque continentale car elle est plus dense que celle-ci. La compression des deux plaques provoque des séismes et donne naissance à une chaîne de montagnes affectée par un volcanisme explosif, comme la cordillère des Andes.
  • Lorsque deux plaques continentales convergent, on assiste à une collision. La plaque la moins dense se plisse : ce phénomène donne lieu à des séismes et débouche sur la formation de chaînes montagneuses (Himalaya, Alpes…).

Le coulissage des plaques tectoniques

Ce phénomène correspond au frottement de deux plaques tectoniques qui glissent parallèlement l’une contre l’autre. Il est responsable de séismes importants, comme ceux enregistrés en Californie le long de la faille de San Andreas.