Conserver la mémoire Se souvenir pendant des siècles

Afin d'informer les générations futures de l'existence des centres de stockage et de ce qu'ils contiennent,  des dispositifs sont mis en place dès aujourd'hui pour conserver leur mémoire.

Pourquoi ?

Personne ne peut prévoir si les organismes aujourd'hui responsables des centres de stockage de déchets radioactifs existeront encore dans plusieurs siècles. Des dispositifs sont alors mis en place pour que la mémoire de ces centres perdure aussi longtemps que possible, et ce malgré d'éventuelles ruptures sociales ou politiques. Objectifs :

  • Informer les générations à venir sur l'existence et le contenu des centres de stockage pour notamment éviter le risque d'intrusion ;
  • Faciliter la compréhension d'éventuels phénomènes observés autour de ces centres et leur permettre de prendre des décisions dans des conditions optimales ;
  • Leur permettre de prendre des décisions, en toute connaissance de cause, concernant le devenir des sites sur lesquels se trouvent les centres. 

Mémoire de quoi ?

L'objectif aujourd'hui est de faire en sorte que les générations à venir soient informées de l'existence des centres de stockage et de leur contenu. Il faut pour cela retracer les étapes les plus importantes de la vie de chaque centre et regrouper les informations essentielles les concernant (contenu, dimension, caractéristiques des déchets stockés...). C'est chaque génération qui aura la responsabilité de contribuer à transmettre cette mémoire aux générations suivantes.

Comment assurer la conservation et la transmission des informations ?

Comment assurer que les documents fabriqués aujourd'hui résistent au temps ?

Les nouvelles technologies de l'information évoluent très vite, certaines solutions deviennent obsolètes en à peine dix à vingt ans, tant au niveau des matériels que des logiciels. Cette évolution rapide est un problème majeur pour la transmission des informations.

Par précaution, le papier est privilégié comme support. Tous les documents numériques sont imprimés sur du papier permanent, solution à l'épreuve du temps. Ce papier, fabriqué pour la première fois dans les années 1950, est un papier spécial à partir de pure cellulose qui peut se conserver longtemps, contrairement au papier ordinaire qui se détériore en quelques dizaines d'années.

Ces documents papier sont ensuite envoyés aux Archives nationales afin d'assurer leur conservation à long terme.

L'existence d'un centre de stockage doit également être ancrée dans la mémoire collective. L'Andra communique régulièrement sur les centres de stockage qu'elle exploite. Les informations pourraient alors être transmises, par bouche à oreille, de génération en génération.

Le retour d'expérience montre que ces solutions paraissent robustes pour au moins les 500 premières années.

Les informations d'aujourd'hui seront-elles comprises demain ?

Qui peut dire si nos arrières-arrières-arrières...petits enfants comprendront notre langue ? Seront-ils aussi perplexes que nous lorsque nous essayons de lire, par exemple, un manuscrit du Moyen-Age en vieux français ?

Pour faciliter la compréhension de nos documents par nos descendants, le vocabulaire et les tournures de phrase utilisés sont volontairement simples. De plus, les documents qui leur sont transmis sont très largement illustrés pour également en faciliter la compréhension. En outre, l'homme conserve en priorité les documents les plus illustrés.