Stockage Stockage profond

L’Andra étudie depuis près de vingt ans le stockage profond, à environ 500 mètres sous terre, des déchets les plus radioactifs produits en France. L’un des enjeux est de créer un stockage à la fois profond et réversible. Cela laisserait aux générations futures la possibilité de changer de stratégie en fonction des progrès techniques et de récupérer les colis de déchets intacts en toute sûreté pendant au moins cent ans.

Une solution pour les déchets HA et MA-VL

Les déchets concernés par le stockage profond sont ceux de haute activité (HA) et de moyenne activité à vie longue (MA-VL). Ces déchets proviennent principalement de l’industrie électronucléaire et des activités de recherche associées ainsi que, dans une moindre part, des activités liées à la Défense nationale. Ces déchets se caractérisent par une forte radioactivité et une durée de vie qui peut aller jusqu’à plusieurs centaines de milliers d’années. L’objectif d’un stockage profond est donc de les isoler de l’homme, jusqu’à ce que leur impact soit largement inférieur à celui de la radioactivité naturelle.

 

Le principe du stockage profond

Depuis les années 90, des études sont menées à la limite des départements de la Meuse et de la Haute-Marne, là où se trouve une couche d’argile vieille de 160 millions d’années dont les propriétés permettraient d’isoler durablement les déchets les plus radioactifs, tant qu’ils présentent un risque. L’argile sert ainsi de barrière naturelle à long terme en limitant et en retardant la dispersion dans l’environnement des substances contenues dans les déchets.

Pour l’heure, l’Andra y a créé en 2000 un laboratoire souterrain situé à 500 mètres de profondeur, pour conduire une partie des études relatives au stockage profond. Des études qui permettront, si la France le décide, qu’un tel stockage puisse voir le jour vers 2025 : le projet Cigéo (Centre industriel de stockage géologique).

Le centre de stockage profond serait composé d’installations de surface où seraient réceptionnés et conditionnés les colis de déchets et d’installations souterraines, à environ 500 mètres sous terre, pour le stockage des déchets.
maquette du centre de stockage profond
Au début des années 2000, un Laboratoire souterrain a été creusé sur la commune de Bure dans le département de la Meuse. C’est dans cette région de l’Est de la France que serait implanté le centre de stockage profond.
vue aérienne de la commune de Bure
Constitué de plus de 700 mètres de galeries creusées à environ 500 mètres de profondeur, le Laboratoire souterrain permet aux ingénieurs et scientifiques d’étudier directement la roche.
vue intérieure d'un couloir du Laboratoire souterrain
Afin d’étudier le milieu géologique, de nombreux forages ont été réalisés. Ils permettent aux géologues d’accéder aux différentes couches et ainsi de prélever des échantillons et d'effectuer de nombreuses mesures.
vue extérieure d'une unité de forage
Les études géologiques sont faites notamment grâce à des camions spéciaux. En vibrant, ils génèrent des ondes qui se réfélechissent sur les différentes couches permettant ainsi d’obtenir une véritable échographie du sous-sol. C’est la technique de sismique.
deux camions vibrants
Le Laboratoire souterrain où est menée une partie des études sur le stockage profond est ouvert au public. Venez le visiter en appelant le 0 805 107 907
visite d'une exposition sur le stockage profond

La nécessité d’un stockage réversible

Un tel stockage serait exploité de manière progressive pendant une période d’au moins 100 ans avant d’être totalement plein. Comme le demande la loi, ce stockage doit être conçu de manière à être réversible pendant toute cette durée d’exploitation. Les prochaines générations pourront alors prendre part aux décisions concernant le devenir du stockage et récupérer les colis en toute sûreté si elles décidaient de changer de stratégie sur la gestion des déchets. Si les générations futures le décident, le stockage serait définitivement fermé, puis surveillé pendant plusieurs centaines d’années afin de suivre son bon fonctionnement et surveiller l’environnement alentour.