Classification Les déchets de très faible activité

La radioactivité des déchets de très faible activité (TFA) peut être proche de la radioactivité naturelle. Ces déchets TFA sont principalement constitués de gravats (bétons, plâtres, terres) et ferrailles (charpentes métalliques, tuyauteries) ayant été très faiblement contaminés. La France est le premier pays au monde à considérer l'ensemble de ces déchets comme des déchets radioactifs et à les stocker dans une installation spécifique, le Centre de stockage TFA de l’Aube.

Des déchets issus de la déconstruction

Illustration d'un graphique présentant les secteurs produisant des déchets de très faible activité

Les déchets de très faible activité proviennent essentiellement de la déconstruction des installations nucléaires mais également d’industries classiques (chimie, métallurgie…) utilisant des matériaux naturellement radioactifs. Ils sont également issus de l’assainissement et de la réhabilitation d’anciens sites pollués par la radioactivité. Ces déchets sont répartis de la manière suivante :

  • 50 % de déchets industriels banals (ferrailles, plastiques),
  • 40 % de déchets inertes (bétons, briques, terre…),
  • 10 % de déchets spéciaux constitués de matières telles que des boues ou encore de cendres.

En raison de leur très faible radioactivité, ils sont généralement considérés comme des déchets non radioactifs par la plupart des pays. Seule la France considère l'ensemble de ces déchets comme étant radioactifs.

 

Déchets métalliques provenant de la déconstruction d’installations nucléaires.
déchets spécifiques dans un conteneur spécifique
Néons récupérés lors de la déconstruction d’installations nucléaires.
néons usagés dans un conteneur spécifique
Tôle, ferrailles, métaux issus de la déconstruction d’installations nucléaires.
amas de morceaux de ferraille
Compte tenu de leur très faible niveau de radioactivité, les déchets TFA sont conditionnés essentiellement afin de faciliter leur manutention et leur stockage. Une fois produits, ils sont placés dans des caissons ou fûts métalliques, ou des grands sacs en plastiques.
caissons et fûts de déchets TFA
En France, ces déchets sont stockés dans un centre de surface spécifique, ouvert en 2003 dans le département de l’Aube. 
Vue aérienne du centre de stockage TFA

 

A savoir : au 31 décembre 2010, il existait environ 360 000 m3 de déchets TFA. L’Inventaire national prévoit un volume total d'environ 762 000 m3 de déchets TFA produits d'ici fin 2020 et de 1 300 000 m3 d'ici fin 2030.

Que fait-on de ces déchets ?

Comme tout déchet radioactif, les déchets TFA sont destinés à être stockés définitivement dans des centres industriels adaptés. Etant donné leur très faible radioactivité, les centres conçus pour les accueillir sont construits en surface. Avant de pouvoir être stockés, les déchets doivent d’abord être traités, puis conditionnés selon des normes bien spécifiques.

Les déchets plastiques et métalliques sont compactés pour réduire leur volume. Les déchets liquides, tels que les eaux polluées ou les boues, sont solidifiés puis stabilisés.

Compte tenu de la nature de ces déchets et de leur très faible radioactivité, ils sont conditionnés dans des fûts métalliques, ou encore dans de grands sacs en tissu appelés "big-bags", essentiellement afin de faciliter leur manipulation.